script language="JavaScript1.2">

Le Patrimoine :Généralités

Propos sur le Patrimoine :

 L’édifice le plus représentatif de l’âme et de l'histoire d’un village est généralement l’église. D’autres bâtiments représentent des valeurs différentes et notamment, « la grande ferme ou ferme  Cavan » de Courdimanche qui symbolise le Travail. C’est la seule ferme seigneuriale restée intacte de nos jours. Espérons que la grande ferme aura les faveurs des décideurs sur le Patrimoine à Courdimanche et  restera un témoin du passé.

 

Revenons à l’église et à la notion de Patrimoine.

 Elle fait partie du Patrimoine français, donc du bien commun des Français, tout en étant un édifice Courdimanchois  qui représente l’âme du village depuis des siècles, en plus d’un lieu destiné au culte.

La commune est propriétaire de l’église, explications :

Il ne faut pas faire un amalgame entre les notions de Patrimoine, de propriété, de monuments historiques et de loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Depuis cette loi qui date de 1905, les bâtiments destinés au culte  deviennent propriété de l’Etat et deux ans plus tard, des communes. Cette loi a été votée sur l’initiative d’Aristide Briand, député Radical-Socialiste en 1905. Elle concerne les bâtiments antérieurs à 1905.

Article  1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes (...) »

Le premier article crée un large consensus. Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit »

Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte (...) »

Par cette loi, l'État manifeste sa volonté de neutralité religieuse mais ne s'exonère pas   de ses responsabilités. C’est ainsi que les communes sont chargées de l’entretien des églises et se portent garantes de leur transmission aux générations futures. Nous pourrions presque dire « propriété morale » car les  églises doivent être destinées au culte et la commune s’engage à en assurer sa destination. C’est tout bénéfice pour l’Etat qui n’assure plus l’entretien des églises et ne donne plus au culte catholique de subventions (40 millions de francs, valeur 1905) accordées depuis le Concordat Napoléonien de 1801 et ce, jusqu'en 1905. Les cathédrales dépendent du Ministère de la Culture.

Actuellement, pour les gros travaux, l’Etat peut allouer des subventions aux communes, après que des dons soient demandés aux sympathisants par l’intermédiaire de la « Fondation du Patrimoine » organisme privé. Les subventions viennent après, en fonction des sommes données. Voir les explications données sur les travaux de l'église avec le lien en page d'accueil.

Les notions de Patrimoine sont très floues au niveau juridique, un projet de clarification est à l’étude.

Nous pouvons toujours nous référer à des citations comme celle de Manuel Gonzalès Prada, écrivain chilien, passeur d’idées réunissant le passé et la modernité.

« Les grandes œuvres se distinguent par leur accessibilité car elles n’appartiennent pas à quelques-uns, mais à tous les hommes doués de bon sens »

 Si vous avez des éléments à apporter ou si des parties de ce texte ne conviennent pas, faites en part dans l’un des trois forums du présent site ou dans "contact". Avec les remerciements de J-C Trébouillard.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×